//
you're reading...
OPEN STAGE

Bicsou 7: Yabir

Dans sa chambre Yabir vient de préparer la bassine pour se laver les cheveux. Il s’agenouille et plonge lentement toute la tête dans l’eau. Lorsqu’il se redresse pour reprendre sa respiration, il regarde autour de lui…la chambre a disparu la fenêtre et la ville ont disparu… Il est sur la rive d’un fleuve. Il passe doucement la main dans ses cheveux, encore ruisselants pour se rassurer sur sa propre présence . Il est étrangement calme. Il ne lui semble pas avoir vu auparavant ce paysage, pour autant il ne lui paraît pas hostile, mais presque familier.
Il essaie de se remémorer les bruits qui quelques minutes plus tôt semblaient ne jamais vouloir s’arrêter et les lumières de le ville qui incendiaient en permanence sa chambre .
L’enfermement insupportable qu’il subissait depuis de si longs jours venait subitement de s’évaporer Chaque soirs auparavant il avait imaginé en fermant les yeux, qu’un matin, il se réveillerait libre. Yabir est un garçon sensible mais qui a toujours su discerner ses rêves de la réalité. Peut être est ce qui l’a jusqu’alors gardé en vie, mais à quoi bon cette vie, retenue entre ces murs.

Il sent peu à peu sa raison et le foisonnement de ses pensées glisser le long de son corps pour se noyer dans le fleuve à ses pieds .Il se lève tout doucement, pour regarder autour de lui. Tout est paisible, et désert. Non loin de la rive il aperçoit quelques bouquets d’arbres et des parois rocheuses. Il est ému par la beauté de cet endroit, le paysage semble l’accueillir.
Il fait quelques pas loin du rivage, mais revient au bord de l’eau, elle est claire, il se penche il y voit son propre visage, étonné il se sourit, puis part dans un grand éclat de rire.
Son rire s’amplifie,les falaises lui en renvoient l’écho.
Son image est déformée par le courant et les pierres de la rive , peu à peu il a l’impression qu’il se dédouble. Son rire aussi semble se dédoubler. Il s’approche et comprend bien vite que c’est un autre visage qui s’est joint au sien, et un autre rire qui l’accompagne.
Intrigué il se retourne doucement .Il aperçoit d’abord la bouche d’où sort ce rire cristallin : une petite bouche bien dessinée, sur un visage enfantin. Il voit aussi de grands yeux noirs qui rient aussi fort que la bouche .Une jeune fille est là, tout près de lui, venue de nulle part, .Ses pieds son nus, il pense que c’est pour cela qu’il ne l’a pas entendu s’approcher. Il se demande d’où vient cette merveilleuse apparition, peut être d’une maison creusée dans la falaise,au loin. ? Il tente de réfléchir, de rationaliser. Très vite ,il se rappelle qu’il a laissé partir sa raison dans le fleuve et qu’il n’a plus qu’à se laisser aller à ce rêve.
Sans rien dire il la regarde, elle aussi reste silencieuse ,leurs rires ont cessé. Elle l’observe quelques minutes ne semblant pas surprise de sa présence , puis se détourne pour se rapprocher de la berge .
Quand elle laisse glisser sa robe à ses pieds pour s’enfoncer doucement dans le lit du fleuve, il la suit, ne laissant derrière lui, sur les cailloux de la rive que ses sandales.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s